Vous êtes ici : Accueil > Actualités du lycée > Une ruche au lycée Senghor !
Publié : 22 septembre 2016

Une ruche au lycée Senghor !

12 votes
Consultez l’actualité de la Ruche dans le Blog de l’Atelier Nature du lycée, c’est par ici !

Une ruche au lycée Senghor, premier épisode : l’installation de la ruche

Historique du projet...

Juin 2014 : un appel à projet de la région Haute Normandie incite les lycées à installer des ruches. Comme il y a un projet de travail sur l’amélioration de l’environnement au lycée, nous décidons de lancer ce projet.

Septembre 2014 : une classe de seconde, les 2de 03, commencent les MPS (méthodes et pratiques scientifiques) par un travail sur la biodiversité et comment l’améliorer au lycée. Les enseignants sont Mme Soligny en physique chimie, Monsieur Guillemot en mathématiques et Monsieur Girard en sciences de la vie et de la terre.

3 octobre 2014 : Stage de M. Girard pour découvrir un lycée avec une ruche. Il s’agit du lycée de Montivilliers qui possède une ruche transparente au fond d’une salle de classe.

15 octobre 2014 : date limite de dépôt du projet. Le nôtre a été déposé dans les temps, il s’agit d’une ruche transparente dans un labo de SVT. Le résultat devait être en novembre 2014, nous recevons le résultat le 2 mars 2015 ! Et notre projet est accepté.

26 janvier 2015 : présentation des projets d’amélioration de la biodiversité au lycée par les MPS de 2de 03. 8 superbes projets tous très intéressants. Malheureusement, nous changeons de thème sans avoir eu le temps d’en réaliser certains. Espérons qu’une partie sera concrétisée…

17 février 2015 : pose de la plaque qui montre que le lycée est devenu une réserve LPO (ligue pour la protection des oiseaux) et pose d’un nichoir à mésanges.

Mai 2015 : nous recevons le matériel, il reste à l’installer. Cela sera l’œuvre de Monsieur Philippe.

Le 29 mai, c’est fait. Il faut maintenant trouver des abeilles. Il existe plusieurs techniques : on peut récupérer des abeilles dans la nature : nous sommes en effet à la saison des essaimages. Lorsqu’une ruche est bien développée, il arrive que la place vienne à manquer, une sorte de crise du logement en quelque sorte ! Dans ce cas-là, les ouvrières commencent à élever de nouvelles reines et des cellules à reine (plus grosses) apparaissent dans la ruche. C’est le moment que choisit la reine pour s’envoler avec la moitié des abeilles de la colonie. Les apiculteurs sont heureux de récupérer ces essaims et de leur offrir un nouveau logement. Les abeilles sont en général heureuses d’accepter une ruche, maison confortable équipée de cadres avec cire. Elles ne savent pas encore, les pauvres qu’elles devront payer la location en kilos de miel… Mais ça c’est une autre histoire !
L’autre technique consiste à acheter un essaim avec sa reine à un apiculteur. Petit problème : cela coûte 150 euros et il n’y a plus beaucoup d’argent dans les caisses du lycée !
Comment faire ? Pourrons-nous peupler notre ruche avant l’été ? Ou devrons-nous attendre le printemps 2016 pour commencer l’apiculture au lycée ?

https://youtu.be/QF4RcAxj3K0

Une ruche au lycée Senghor, deuxième épisode : nous peuplons notre ruche

Depuis plusieurs semaines, mon ami Alexandre Hurel me parle de trois ruches abandonnées dont une contient des abeilles… Nous pourrions les récupérer pour le lycée...
Alexandre est animateur nature et il vient d’installer une ruche chez lui.
Après avoir trouvé le propriétaire des ruches, je le contacte, il nous explique que les ruches sont effectivement abandonnées et qu’un essaim est venu s’installer spontanément il y a deux ans dans l’une de ses ruches. Si nous voulons récupérer les abeilles pour le lycée, il est d’accord !
Le 6 juin au soir, je reçois un appel de Monsieur et Madame Grillet, qui s’apprêtent à partir en week-end aux festivités de l’anniversaire du débarquement et qui ont des abeilles chez eux !
Nous convenons, avec Alex, d’y aller le lendemain. Nous récupérerons l’essaim.
Nous avions peur de ne pas avoir d’abeilles et nous voilà avec deux essaims !
Le 8 juin, nous allons récupérer les abeilles dans la ruche abandonnée. Si la ruche est du même modèle que la nôtre (ruche type Dadant). Le transfert pourrait être plus aisé.
Rendez-vous est pris avec la ruche du lycée sur place. Nous sommes quatre : Véronique Marquis aide-technique de laboratoire (que vous connaissez déjà, c’est elle qui vous a présenté le matériel dans le premier film), Geneviève Butin, professeur de SVT, Alexandre Hurel, animateur nature et moi-même, Philippe Girard, professeur de SVT.
En fin de compte, comme vous le découvrirez dans le deuxième film, nous avons effectivement trouvé des cadres que nous avons transférés directement dans la ruche du lycée le jour même.
Petit problème, les abeilles ont construit un peu de travers, et elles risquent de continuer !
Les deux apiculteurs venus voir notre ruche : Monsieur Segado, le papa de Clément de seconde 03 et Monsieur Philibert, le formateur du rucher école de la base 105, nous ont dit la même chose : il faut remettre un peu d’ordre dans tout cela.
Comment faire ? Difficile d’ouvrir la ruche et de la « reconditionner dans le labo ! Et puis nous sommes novices dans l’art de l’apiculture. Heureusement, les deux apiculteurs nous ont très gentiment proposé de nous aider. Comment cela va-t-il se passer ? Que découvrirons-nous à l’intérieur ? Pourrons-nous marquer la reine ?
A suivre…

https://youtu.be/0dznc4EUGcw

Une ruche au lycée Senghor, troisième épisode : comment nos petites abeilles s’adaptent à leur nouvelle maison ?

Le 9 juin, les abeilles se sont adaptées, elles rentrent et sortent de la ruche.
Le 10 juin, nous installons un abreuvoir à l’extérieur.
Le 11 juin, les premières abeilles avec des pelotes de pollen rentrent à la ruche, c’est bon signe !

A suivre…

https://youtu.be/DfO5ewHpPuM

Une ruche au lycée Senghor, quatrième épisode : intervention de Jacques Philibert, formateur du rucher-école

Depuis le 8 juin, nous avons des abeilles dans le lycée. Nous les laissons récupérer et nous les admirons. Les élèves de seconde 03 ainsi que de nombreuses autres personnes ont pu venir les voir. Il y a quelque chose de relaxant et merveilleux à les observer.

Jeudi 18 juin : Jacques Philibert, le formateur du rucher école où je suis ma formation (le rucher école de la BA 105) vient voir la ruche avant la formation qui commence à 16h. Il constate que les abeilles ont l’air en forme, mais qu’elles ont construit de façon anarchique et qu’elles ont des varroas. Il décide de nous aider à remettre les cadres correctement dans la ruche. On se donne rendez-vous pour le lendemain et il en profitera pour marquer la reine.

Vendredi 19 juin : une fois tout le monde sur place, nous sortons la ruche par la fenêtre et nous l’ouvrons. Aussitôt, Jacques s’exclame : il y a trois cellules de reine ! Cela veut dire que nous n’avons pas pris la reine lorsque nous avons cru prendre l’essaim dans la ruche abandonnée. Les abeilles, orphelines, ont développé des cellules de reine pour remplacer celle qui manque.
Il suffit qu’elle leur donne plus longtemps à manger de la gelée royale et qu’elles agrandissent un peu la cellule dans laquelle la larve se développe.
Jacques a une technique bien particulière pour reconfigurer les cadres : il coupe des morceaux de gâteaux de cire, les pose sur un cadre équipé d’une ficelle, puis, lorsque les morceaux de gâteaux remplissent le cadre, il tend une ficelle de l’autre côté du cadre, ainsi, les gâteaux se retrouvent emprisonnés entre deux ficelles et maintenus verticalement dans le cadre.

Le travail fût bien mené, la ruche avec ses 10 cadres, complète.
Maintenant, est-ce que la reine va bien naître, est-ce que le beau temps se maintiendra pour permettre le vol nuptial ? Est-ce que la colonie sera assez forte pour se développer. Sans doute nous n’aurons pas de miel cette année. Il faudra peut-être traiter, mais dans un lycée, j’aimerais ne pas abuser des produits chimiques toxiques. Il faudra peut-être nourrir nos abeilles afin de les stimuler.

https://youtu.be/TYwN2WClS38


Novembre 2015

La ruche fait la une des journaux...


Une ruche au lycée Senghor, cinquième épisode : réalisation de 4 petits films sur la ruche par les élèves de seconde cinéma

Dans le cadre de leur enseignement, 4 sujets ont été donnés, les élèves de seconde 07 ont tourné, fait des interviews puis monté ces films.

Le premier sujet se pose la question « Comment vont nos abeilles ? ». En effet, elles ont passé l’été au lycée, nous les retrouvons en septembre, sont-elles encore là ? Leur population a-t-elle diminué ? Ce film y répond.

https://youtu.be/n4JYixTBLgA


De nouveaux pensionnaires sont arrivés au lycée : des fourmis ! Qui nous les a apportées ? Pourquoi ? Comment et où vivent-elles ?

https://youtu.be/ydnew0LMq6A


Nos abeilles sont peu nombreuses : elles occupent 5 cadres sur les 10 d’un corps de ruche. C’est tout juste suffisant pour qu’elles puissent accumuler assez de miel en réserve pour passer l’hiver. Nous pouvons les aider en pratiquant ce qu’on appelle le « nourrissement ». Et oui, les apiculteurs ont des termes à eux qui sont pourtant dans le dictionnaire !

https://youtu.be/lEYdo4Rv87w


De terribles ennemis de nos chères abeilles sont dans la ruche ! Découvrez-les et voyez comment nous luttons contre eux.

https://youtu.be/ozb6JWxMzv0

Merci à l’équipe de seconde 07 d’avoir travaillé sur ces 4 petits films !

Une autre équipe de choc s’est constituée : l’atelier de la ruchilière qui va s’occuper des abeilles, des fourmis mais aussi de l’écosystème du lycée. Nous avons commencé à nourrir les oiseaux, mais d’autres actions devraient se réaliser !

A suivre...