Vous êtes ici : Accueil > Les formations > Sections artistiques, cinéma et théâtre > Actualités des sections cinéma et théâtre > "De chez moi" : le confinement vu par les 2nde option CAV.
Publié : 6 avril

"De chez moi" : le confinement vu par les 2nde option CAV.

1 vote

Les élèves de Seconde suivant l’option Cinéma-audiovisuel (Groupe 1 et groupe 2) ont été invités à réaliser une photographie ayant pour thème "De chez moi". Leurs travaux racontent le moment que nous vivons tous, entre travail et ennui, plaisir et lassitude...

Anton
J’ai fait cette photo pour montrer le contraste entre le travail et les autres activités que l’on peut faire pendant le confinement. On le voit au premier plan, sur le bureau, avec tous les cahiers et les manuels qui entourent l’ordinateur. Et sur l’écran, une image de Killua, ’animé hunter x hunter que j’ai fini de regarder pendant le confinement ;). Il y a aussi un contraste entre Killua qui est plutôt paisible et derrière lui, projeté sur le grand écran, une image de Janet Leigh de Psychose qui se fera assassiner quelques minutes plus tard. Cela montre à la fois le calme d’être tous tranquilles chez soi et en même temps le stress apporté par le virus. Et pour finir, un petit clin d’œil entre le film et l’animé car dans le manga, Killua est un membre de la plus grande famille d’assassins, ce qui fait écho au destin du personnage joué par Janet Leigh.
Charly
Pour cette photo j’ai décidé de prendre des légos, souvenirs d’enfance pour nombre d’entre nous, et ainsi les représentés dehors (contrairement à leur utilisation principale en intérieur) et pour avoir un cadre plus naturel et sympathique, de plus il y a de nombreuses références a des films connus...
Rémi
La photo est composée de la lumière en haut pour symboliser l’espoir de sortir et elle est sombre en bas car c’est le confinement. Il y a un filtre miniature qui est peu visible pour symboliser qu’on est impuissant face à tout cela.
Leelou
Nathan
Avec cette photo, je voulais montrer ma version du confinement. Quelque chose de figé, comme si le temps s’était arrêté. Mais la présence du Soleil passant à travers le bois et les arbres symbolise l’espoir. Il ne faut jamais lâcher, même dans les temps les plus sombres. Mon souhait était de jouer avec les lumières, couleurs, et structures qu’un jardin peut offrir. Les palissades en bois se transforment en prison, nous éloignant de la réalité, de ce qu’il se passe dehors. Cependant, il faut savoir, dans des moments comme ceux-là, faire passer la sécurité du monde avant nos libertés personnelles.
Mélina
Confinement = trop d’écrans !
Amance
Ange
Dans cette photographie j’essaie de mettre en avant le désespoir avec beaucoup d’obscurité et une toute petite lueur pour que l’on se demande mais qu’est-ce que je regarde. J’ai également mis un cadre pour rajouter un effet enclavement.
Auxane
"Yukavirus" de Loane Gilles
Sur cette photographie, on peut voir au premier plan une fenêtre. Celle-ci représente la protection, l’enfermement lié au confinement. En effet, au second plan, pon peut voir une plante, le Yuka, qui représente le Covid-19. On voit qu’il y a des tâches sombres dessus, car il commence à être détruit par le confinement. Enfin, à l’arrière-plan, on aperçoit des arbres vert clair qui évoquent l’espoir de la destruction du virus.
"Le confinement à l’état sauvage" d’Océane Marty
Le confinement est, pour moi, un moment d’apaisement et de retrouver les beautés de la nature. Certes, cela reste une période compliquée quand on ne supporte pas l’enfermement, mais je ne le vis pas trop mal grâce à l’espace qui m’est proposé qui me permet de respirer la nature et son monde animal et végétal. J’ai choisi de faire le contraste du dedans-dehors pour montrer à quel point l’espace est assez large pour vous dire que je le vis pas trop mal et qu’ à l’intérieur je m’adonne aux devoirs et à la lecture et qu’à l’extérieur je m’adonne à l’épanouissement de la nature et à l’imagination que j’en donne pour écrire un livre sur cette période assez particulière.
"Photographie du confinement" d’Océane Marie
Sur cette photographie, tout d’abord nous percevons au premier plan, une grille obscure qui représente l’isolement sur le monde extérieur. Ensuite au second plan, nous observons un feu de signalisation qui est au feu rouge. Ce feu fait donc penser à une obligation d’arrêt. Enfin en arrière-plan, nous admirons ce coucher de soleil rayonnant et ce ciel bleu ennuagé qui symbolise l’espoir et la liberté.
"La liberté volée" de Lucas Pomares
J’ai choisi cette photo car elle nous montre une lueur de liberté dans l’enfermement constant que nous subissons actuellement.
"A l’ombre !" de Sébastien Aymond
J’ai choisi de me prendre en photo dans une cabane en bois, que l’on pourrait comparer à une boîte, à l’intérieur de laquelle la lumière ne rentre pas, ce qui me met dans l’obscurité, et joue avec l’extérieur lumineux de la nature. J’ai joué avec cette lumière pour le titre : « à l’ombre » signifie à la fois dans l’ombre en prison. Je me suis mis dans une position avancée vers l’extérieur pour montrer l’envie de sortir et le besoin de se dépenser à l’aide du ballon, et de l’arc et de la cible.